Home / ACTUALITE / Chrétiens d’Orient, de l’inquiétude à l’exil

Chrétiens d’Orient, de l’inquiétude à l’exil

7 Juil 2018

AFP/Archives / Khaled DESOUKILes cercueils de victimes d’un attentat anti-chrétien dans une église copte du Caire pendant leurs funérailles dans le quartier de Nasr City, le 12 décembre 2016

Les chrétiens d’Orient, dont le Pape a dit samedi craindre l’effacement de la présence dans une région où ils sont enracinés depuis les débuts du christianisme, sont des communautés minoritaires, confrontées à des conflits régionaux et à des attaques jihadistes.

Le pourcentage de chrétiens au Moyen-Orient est passé de 20% avant la Première Guerre mondiale, à 4%, selon le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l’union des chrétiens.

– Egypte –

Les coptes orthodoxes constituent la communauté chrétienne la plus nombreuse du Moyen-Orient et l’une des plus anciennes.

Ils représentent 10% des plus de 96 millions d’Egyptiens et sont présents dans tout le pays, avec des concentrations plus fortes dans le centre. Ils sont faiblement représentés au gouvernement et se disent marginalisés.

AFP/Archives / IBRAHIM EZZATUne parente d’un des 20 chrétiens égyptiens décapités par des jihadistes à Syrte en Libye, en deuil lors de leurs funérailles dans l’église copte de Al-Our en Egypte le 15 mai 2018

Les coptes sont depuis longtemps la cible de violences, aggravées depuis l’apparition d’organisations jihadistes comme le groupe Etat islamique (EI).

Depuis décembre 2016, plus d’une centaine de personnes sont mortes dans des attaques anti-chrétiennes revendiquées par l’EI.

En avril 2017, les coptes ont été visés lors d’attaques par des kamikazes contre deux églises qui ont fait 45 morts, en pleine célébration du dimanche des Rameaux, conduisant les autorités à déclarer l’Etat d’urgence. Le mois suivant, 28 pèlerins chrétiens se rendant dans un monastère ont été tués dans un attentat contre leur bus.

AFP/Archives / STRINGERL’église copte Mar Girgis cible d’une explosion pendant une messe des Rameaux, à Tanta, à 120 kms du Caire le 9 avril 2017

La communauté copte soutient le président Abdel Fattah al-Sissi, qui a fait du retour de la sécurité sa priorité.

– Irak –

Les chaldéens représentent la majorité des chrétiens d’Irak.

L’Irak comptait 1,5 million de chrétiens avant la chute de Saddam Hussein en 2003 et depuis la communauté s’est réduite, pour s’établir entre 400.000 et 500.000 personnes, selon le patriarche de l’Eglise catholique chaldéenne, Louis Raphael Sako, nommé cardinal par le pape fin juin.

AFP/Archives / ANWAR AMRODes enfants chrétiens d’Irak qui ont fui la province de Ninive lors d’une messe à Dekwaneh, à l’est de Bayrouth, le 21 mars 2015

Beaucoup de chrétiens irakiens ont fui les violences qui ont ensanglanté leur pays depuis 15 ans.

Qaraqosh, qui était la plus grande agglomération chrétienne d’Irak, a été reprise à l’EI en octobre 2016.

– Syrie –

En Syrie, les chrétiens représentaient entre 5 et 9% des 22 millions d’habitants avant la guerre déclenchée en 2011.

Mais selon l’évêque chaldéen d’Alep, Mgr Antoine Audo, la moitié des 1,5 million de chrétiens de Syrie auraient quitté le pays, fuyant la guerre.

Les chrétiens ont très souvent essayé de se tenir à l’écart du conflit, mais nombre d’entre eux ont pris le parti du président Bachar al-Assad, notamment par crainte de l’islamisme de certains groupes rebelles.

Ils ont été pris pour cibles par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui a eu recours aux enlèvements de masse et à la destruction d’églises avant qu’il ne soit chassé de tous les centres urbains d’Irak en 2017.

– Liban –

Les chrétiens libanais, essentiellement maronites, sont la deuxième plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient. Le Liban, où le partage du pouvoir est fondé sur des quotas communautaires, est le seul pays de la région à être traditionnellement dirigé par un président chrétien.

AFP/Archives / JOSEPH EIDDes enfants chrétiens réfugiés d’Irak prient pendant le catéchisme dans une école catholique proche de Beyrouth le 15 novembre 2010

Depuis l’indépendance en 1943, le système politique garantit une parité entre musulmans et chrétiens, alors que la communauté chrétienne est devenue minoritaire au fil des décennies. Elle représente aujourd’hui moins de 35% de la population, même si aucune statistique officielle n’est publiée à ce sujet en raison de la sensibilité de la question.

– Territoires palestiniens et Israël –

En Cisjordanie occupée et à Jérusalem, on dénombre près de 50.000 chrétiens, principalement implantés à Bethléem et Ramallah.

AFP/Archives / GALI TIBBONLe patriarche grec orthodoxe de Jérusalem Theophilos III lors de la cérémonie de lavement des pieds précédant Pâques devant l’église du Saint-Sepulchre à Jérusalem le 28 avril 2016

Lieu de naissance du Christ selon la tradition, Bethléem, à majorité chrétienne il y a un demi-siècle, est aujourd’hui à majorité musulmane. Mais les chrétiens ont un rôle central dans d’importants secteurs de l’économie palestinienne.

Dans la bande de Gaza, leur nombre est en baisse régulière, notamment depuis la prise du pouvoir par le mouvement islamiste Hamas en 2007.

Israël compte environ 160.000 chrétiens (2% de la population), dont près de 80% appartiennent à la minorité arabe formée des descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d’Israël en 1948.

– Jordanie –

Les chrétiens représentent 6% de la population jordanienne, évaluée à 9,5 millions d’habitants. Des chrétiens occupent des postes importants et cette communauté a droit à une représentation parlementaire.

Source:AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *