Home / BELGIQUE / IL N’Y A PAS DE VOLONTÉ DE LUTTE EFFICACE CONTRE LES PARADIS FISCAUX (LAAOUEJ)

IL N’Y A PAS DE VOLONTÉ DE LUTTE EFFICACE CONTRE LES PARADIS FISCAUX (LAAOUEJ)

Photo:Laaouej

Le président de la commission « Panama Papers », Ahmed Laaouej (PS), a pris acte des propositions déposées par la majorité et attend qu’elles lui soient transmises officiellement. Il note d’ores et déjà un manque de volonté pour lutter efficacement contre les paradis fiscaux.

Le rapport des experts de la commission doit être distribué mardi prochain, lors de la prochaine séance de la commission. Les députés N-VA, Open Vld, CD&V et MR se sont toutefois accordés sur un certain nombre de propositions et l’ont annoncé jeudi soir.
« Je prends note. Il est vrai qu’il y avait des divergences au sein de la commission, mais je ne veux pas que la majorité nous impose sa façon de voir les choses. Ces propositions n’engagent qu’elle à ce stade », a expliqué M. Laaouej vendredi.
Le député socialiste voit dans ces propositions une forme d’engagement a minima en vue de lever le secret bancaire. Il décèle pour le reste « un déni des réalités », dont il impute la responsabilité surtout à la N-VA et à l’Open Vld. « Ils se montrent extrêmement conservateurs sur la lutte contre la fraude fiscale, alors qu’ils ne cessent de vouloir taper sur les allocataires sociaux ».
Plusieurs points importants manquent dans les propositions de la majorité, à ses yeux. Le député pointe la lutte contre les paradis fiscaux et l’extension de l’obligation de déclarer les montants qui y sont versés. Il remarque aussi que le renforcement de l’OCDEFO (Office central de la Lutte contre la Délinquance économique et financière) est absent, de même qu’un rôle accru et plus actif de la Banque nationale dans la détection de la fraude fiscale dans le secteur bancaire, ou l’attribution de la qualité d’officier de police judiciaire à l’Inspection spéciale des impôts.
« On doit aller beaucoup plus loin. Il ne faut pas se contenter de la répression de la fraude. Les scandales des Panama Papers ont montré qu’il fallait prévenir la fraude fiscale. La plupart du temps, une fois qu’elle a eu lieu, l’argent a disparu », a fait remarquer M. Laaouej.

Source: Belga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *