Home / POLITIQUE / Theo Francken: « l’extrême gauche peut tout se permettre »

Theo Francken: « l’extrême gauche peut tout se permettre »

Une conférence du secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) a été interrompue à quatre reprises mardi soir à Gand, par des activistes prétendant lire des témoignages de personnes détenues dans des centres fermés pour demandeurs d’asile. Theo Francken a toutefois pu terminer son intervention, organisée par le Katholiek Vlaams Hoogstudenten Verbond (union catholique flamande des étudiants de l’enseignement supérieur), un cercle estudiantin qui se décrit comme nationaliste flamand et conservateur.
Avant la prise de parole du secrétaire d’Etat, la police avait mis à l’écart une dizaine de protestataires, sur la place Saint-Pierre. Un auditoire de 600 places, presque plein, a accueilli le politique N-VA alors qu’une dizaine d’étudiants se faisaient également entendre à l’entrée.

La police était en tout cas présente de manière visible, avec une trentaine d’agents, des chiens, ainsi que des policiers en civil.

La conférence en elle-même a cependant été perturbée par des activistes souhaitant mettre en avant des témoignages de demandeurs d’asile détenus en centre fermé. L’une des militantes ayant commencé à lire son texte a pu entendre de la bouche du secrétaire d’Etat qu’elle n’avait selon lui « aucun respect pour la démocratie ». « 620 personnes se sont inscrites, qui voudraient écouter, et 20 étudiants se sont entendus pour perturber cette lecture », a estimé Theo Francken. « Des étudiants de droite peuvent toujours tenter de faire pareil. L’extrême gauche peut tout se permettre », a-t-il regretté.

Le public s’en est mêlé, scandant des slogans anti-gauche et le nom du secrétaire d’Etat. Encore pris à partie plusieurs fois, notamment sur l’application de la loi permettant de retirer à une personne son statut de réfugié ou de bénéficiaire de la protection internationale, Theo Francken a malgré tout terminé sa lecture, la police et certains étudiants ayant pu éviter des débordements. La conférence était axée sur quatre « défis actuels »: l’asile, le terrorisme et la radicalisation, la nationalité et le retour. Theo Francken a notamment défendu le controversé accord entre l’Union européenne et la Turquie au sujet des migrants.

Source: Belga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *