Home / MÉDIAS / «Fake news» : Google met de l’humain dans ses algorithmes

«Fake news» : Google met de l’humain dans ses algorithmes

Pour lutter contre les propos haineux, le moteur de recherche va proposer plus d’options aux internautes pour signaler des contenus inappropriés.

Google prend des dispositions pour lutter contre les «fake news», ces fausses informations, sites extrêmistes ou négationnistes et autres contenus appelant à la haine et à la violence qui circulent de plus en plus massivement sur Internet. Le moteur de recherche a annoncé qu’il allait modifier son algoritme, afin d’écarter de son référencement les résultats «qui ne font pas autorité», et permettre aux utilisateurs de signaler directement tout contenu qui serait inapproprié.

«Juger quelles pages internet sont les mieux à même de répondre à une question est un problème complexe et nous ne le faisons pas toujours de la meilleure façon», reconnaît le groupe américain dans un communiqué. «Mais pour obtenir des résultats efficaces sur le long terme, des changements structurels s’imposent», explique Ben Gomes, vice-président de l’ingénierie de la recherche de Google. L’objectif est de mettre en avant davantage de contenus de qualité en améliorant notre système de classement des résultats, en facilitant la transmission de commentaires en direct par les internautes, et en faisant preuve de plus de transparence concernant le fonctionnement de la recherche Google».

Google indique que sur le trafic quotidien que son moteur de recherche enregistre, 0,25% des requêtes renvoient à des contenus offensants ou trompeurs. Pour lutter contre leur propagation, Google précise qu’il a «affiné ses méthodes d’évaluation et apporté des modifications à ses algorithmes», sans donner plus de précisions. Résultat recherché: que les pages fiables soient davantage promues dans le classement du moteru de recherche et que les contenus de mauvaise qualité soient rétrogradés.

Un peu plus de transparence

S’agissant ensuite des suggestions automatiques faites par Google dans le champ de recherche (c’est-à-dire celles faites quand l’utilisateur commence à taper une requête), qui génèrent parfois des requêtes offensantes, racistes, sexistes ou erronées, les internautes pourront désormais tirer facilement la sonnette d’alarme. Ils disposeront de «nouveaux mécanismes de commentaires» avec «des catégories clairement définies» pour en informer directement le moteur de recherche.

Google met aussi le cap sur la transparence, ou en tout cas fait quelques gestes… Il a revu les règles relatives aux contenus, avec une nouvelle version du règlement disponible dans son Centre d’aide. Et mis à disposition «des explications sur les systèmes de classement Google et sur la façon dont ils trient les centaines de milliards de pages Web pour vous proposer des résultats.»

Toutes ces démarches visent à améliorer le service principal de Google et aussi à rassurer le marché publicitaire, tendu par des cas récents d’exposition de marques à des contenus jugés inappropriés. La lutte contre les «fake news» entre dans le cadre de la politique de Google pour assurer aux annonceurs ce que les publicitaires appellent la «brand safety», c’est-à-dire la capacité de la plateforme à ne pas laisser apparaître une marque dans un environnement suceptible de présenter un risque pour son image.

Source: Le figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *