Home / POLITIQUE / Commission Publifin: les présidents des fédérations liégeoises et André Gilles sur le grill ce vendredi

Commission Publifin: les présidents des fédérations liégeoises et André Gilles sur le grill ce vendredi

André Gilles fera son deuxième retour devant la commission d’enquête Publifin ce vendredi. En tout, ce sont cinq hommes politiques liégeois qui seront interrogés aujourd’hui dès 10h (à suivre en direct vidéo et commenté sur notre site). D’abord les présidents de fédérations: Willy Demeyer, président de la fédération liégeoise du Parti Socialiste, Daniel Bacquelaine, président du MR provincial et Dominique Drion, ancien président du CDH de l’arrondissement de Liège, qui viendra pour la deuxième fois, plus Christian Noiret, l’ancien président provincial d’Écolo. Il s’agira d’essayer de comprendre qui répartissait les mandats payants dans les intercommunales et chez Publifin.

« Tout le monde était au courant », « mon parti m’a demandé d’y aller »… dans l’affaire Publifin, l’ombre des présidents de fédérations a tant plané sur les interrogatoires que les commissaires ont décidé de les faire venir à Namur pour les interroger directement.

Voici l’équation: dans Publifin, c’est la Province qui est majoritaire. Et la Province est dirigée par le PS et le MR. Dans Publifin, est-ce que les socialistes et les libéraux se sont répartis les postes intéressants en laissant quelques grosses miettes au CDH ? Si oui, qui a négocié? Les présidents? Stéphane Moreau? Quelqu’un d’autre? Et les présidents de fédération savaient-ils que dans les comités de secteur, on travaillait peu tout en étant payé? Et s’ils le savaient, depuis quand le savaient-ils? Ont-ils considéré cela comme un problème? Ont-ils tenté de le résoudre avant que le scandale n’éclate? Ont-ils au contraire tenté d’étouffer le volcan Tectéo-Publifin ?

Voilà ce que les commissaires vont tenter de faire sortir ce vendredi des bouches des présidents et anciens présidents des partis liégeois.

André Gilles à nouveau interrogé
Ce vendredi, André Gilles va également retrouver ses interrogateurs du Parlement Wallon. Les députés vont tenter de souligner ses contradictions.

On dirait que la Commission d’enquête ne se lasse pas d’André Gilles. Le socialiste revient en effet pour la troisième fois devant les parlementaires, même s’il faut préciser que lors de son premier interrogatoire, la commission n’était pas encore « d’enquête ». Tout le monde se souviendra de sa première audition et de son « je suis là selon mon bon plaisir ». André Gilles, c’était l’homme fort de Tectéo-Publifin à côté de Stéphane Moreau. Il a été emporté par le scandale Publifin. Il a démissionné d’une bonne part de ses mandats, mais il reste administrateur de Nethys et président de son comité exécutif.

André Gilles, avant sa démission, c’était l’homme de la Province, à peu de choses près, il était la Province à lui tout seul. Et comme homme de la Province, il était le président des Conseils d’Administrations de Publifin et de Nethys. En principe, rien ne se décidait sans lui. Les commissaires vont le mettre face à cette contradiction: « rien d’illégal n’a été commis » se défendait Nethys quand l’affaire des comités de secteur a éclaté. Mais « aucun jeton ni indemnité ne pourra être octroyé aux membres des comités consultatifs » avait écrit le ministre Courard à André Gilles. Les rémunérations avaient été octroyées quand même. Est-ce André Gilles lui-même qui a bravé l’injonction ministérielle? C’est ce que la commission va tenter de savoir.

La Commission du Parlement Wallon espère sortir un premier rapport pour le premier mai et des conclusions finales en juillet.

Source: RTBF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *