Home / EUROPE / Présidentielle 2017 : un premier débat télévisé animé entre les cinq principaux candidats

Présidentielle 2017 : un premier débat télévisé animé entre les cinq principaux candidats

François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sont entrés lundi soir sur TF1 dans le vif de la campagne avec le premier débat télévisé à moins de cinq semaines du premier tour de l’élection présidentielle.

Les débats des primaires de la droite et de la gauche avaient parfois manqué de sel. Le premier débat entre les cinq candidats à l’élection présidentielle favoris des sondages, lundi 20 mars, sur TF1, a lui eu le mérite d’être particulièrement animé.

Après un démarrage un peu poussif, les échanges ont fini par monter en intensité lorsque les thèmes de l’insécurité, de l’immigration, de la laïcité et de l’islam ont été abordés. Jean-Luc Mélenchon s’est montré le plus incisif, interpellant le premier ses concurrents et en particulier Marine Le Pen, tandis qu’Emmanuel Macron, qui était la cible privilégiée de presque l’ensemble de ses concurrents, s’est réjoui d’être ainsi placé au centre du jeu.

>> À lire : Le débat des candidats peut-il convaincre les abstentionnistes ?

Jean-Luc Mélenchon incisif
Cinquième dans les sondages depuis plusieurs semaines, Jean-Luc Mélenchon est le candidat qui avait le plus à gagner lors de ce débat télévisé. Que ce soit sur la suppression des lycées professionnels, sur l’apprentissage du français, sur la délinquance financière, le candidat de La France insoumise a su saisir sa chance en interpellant directement ses concurrents, mais aussi en attaquant frontalement Marine Le Pen, notamment sur l’immigration.

« Encore une fois le meilleur moyen de lancer le signal, un signal honnête, ‘nous ne pouvons plus vous accueillir’, c’est de couper toutes les pompes aspirantes de l’immigration, l’aide médicale d’État, l’accession au logement, etc », expliquait la candidate du Front national, lorsque Jean-Luc Mélenchon l’a interrompue : « Vous croyez que les gens discutent de ça avant de partir ? »

Le candidat de la gauche radicale a aussi été remarqué pour son humour et son franc-parler. Sa blague sur le nécessaire débat au PS après un vif échange entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron sur le financement des campagnes a ainsi fait rire l’ensemble des candidats et du public présent. Il a également été le seul à nommer les deux seules personnes mises en cause par la justice, François Fillon et Marine Le Pen.

Source: AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *