Home / MONDE / La tension monte encore entre les Pays-Bas et Erdogan: l’avis de voyage en Turquie modifié tant que la Turquie ne présente pas ses excuses

La tension monte encore entre les Pays-Bas et Erdogan: l’avis de voyage en Turquie modifié tant que la Turquie ne présente pas ses excuses

Le ministère néerlandais des Affaires étrangères a adapté son avis de voyage pour la Turquie en raison des tensions qui existent en ce moment entre La Haye et Ankara. « Des tensions diplomatiques existent entre les Pays-Bas et la Turquie depuis le 11 mars 2017. Restez en alerte sur tout le territoire turc et évitez les rassemblements et les endroits fort fréquentés. Suivez les informations fournies par l’ambassade et le consulat-général », indique le site internet du ministère.

Lundi, le vice-Premier ministre Lodewijk Asscher a déclaré que les accusations turques de nazisme et de fascisme à l’adresse des Pays-Bas devaient « être retirées ». Si cela ne se fait pas, « les relations resteront difficiles ».

Le gouvernement ne prendra pas de mesures à l’encontre des autorités turques si celles-ci retirent leurs propos. L’essentiel est que le calme revienne, a conclu M. Asscher.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a reproché ce week-end aux Pays-Bas de faire preuve d’une attitude empreinte de nazisme et de fascisme. Ces propos sont inspirés par le refus d’accès au territoire néerlandais imposé aux ministres turcs qui voulaient mener campagne pour le référendum devant amplifier les pouvoirs du président.

Dimanche, le ministre des Affaires étrangères Bert Koenders a dit qu’il « trouverait bien » que les Turcs présentent leurs excuses. Le Premier ministre Mark Rutte a ensuite réclamé des excuses.

Hier soir, en marge de cette affaire, une manifestation (photo) rassemblant un petit groupe de Néerlandais d’origine turque à Amsterdam a été dispersée par la police. Environ 250 personnes avaient marché de l’ouest vers le centre de la ville en fin d’après-midi, défilant avec des drapeaux turcs. L’action s’est, globalement, déroulée dans le calme durant la journée, mais une grande partie de ce groupe s’est ensuite installée sur la Place 40-45, qu’elle a refusé de quitter.

La police a alors décidé d’intervenir pour disperser le rassemblement des quelque 200 personnes, sur demande du bourgmestre Eberhard van der Laan, qui a invoqué des troubles à l’ordre public. Des unités mobiles ont mis fin à l’action vers 23h00. Au moins 6 personnes ont été interpellées à Amsterdam en marge de ces protestations, selon le média de service public NOS, pour avoir jeté des pierres ou insulté des agents.

Dans d’autres villes néerlandaises, comme Rotterdam et La Haye, des appels à la communauté turque à manifester avaient circulé sur les réseaux sociaux, mais ils sont globalement restés sans réponse et aucun incident n’a été à déplorer, selon la police.

Les actions suivent l’expulsion samedi soir de la ministre turque de la Famille Fatma Betül Sayan Kaya, ainsi que le refus des Pays-Bas d’accueillir sur leur sol le chef de la diplomatie turc Mevlut Cavusoglu. Début mars, le gouvernement néerlandais avait pourtant prévenu en jugeant « indésirable » la tenue d’un meeting pro-Erdogan prévu le 11, estimant que « l’espace public néerlandais n’est pas l’endroit où mener la campagne politique d’un autre pays ». La Haye a ensuite plusieurs fois demandé à Ankara de ne pas envoyer de ministres faire campagne aux Pays-Bas en faveur du référendum, une injonction que le gouvernement turc a tenté de contourner.

Source: AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *