Home / ÉCONOMIE / Belfius, Ethias, Bpost banque: vers une grande banque belge 100% publique?

Belfius, Ethias, Bpost banque: vers une grande banque belge 100% publique?

La Belgique a-t-elle besoin d’une seconde grande banque 100% belge à côté de KBC? C’est une autre manière d’envisager éventuellement l’avenir de Belfius ou d’Ethias voire de la Banque de La Poste.

Et c’est aussi un sujet très chaud parce qu’Ethias, on le sait, est actuellement au cœur de toutes les discussions financières et politiques. Alors Ethias doit augmenter son capital pour répondre aux exigences du régulateur, avec un actionnariat qui rend toute décision très complexe: 25 % pour la Région wallonne, 25 % pour la Flandre, 25 % pour le fédéral et les 25 % restants appartenant au groupe Ethias. C’est peu dire que les avis des uns et des autres sont divergents. Mais Ethias n’est pas qu’un problème, c’est aussi une compagnie qui se porte bien, elle est bénéficiaire et donc elle suscite des convoitises.

Et c’est là qu’intervient Belfius. Enfin pas Belfius uniquement, mais c’est un intérêt que répètent les dirigeants de Belfius qui, rappelons-le, appartient 100 % à l’État belge. Belfius c’est une belle success-story, mais l’heure des questions est venue.
Comment le groupe va-t-il assurer sa croissance future et avec quel actionnariat? La vente n’est pas à l’ordre du jour, mais bien une privatisation partielle via une entrée en Bourse, ce qui ne plaît guère aux partisans d’une banque 100% publique, au service du public et qui n’est pas forcée de répondre aux exigences de rentabilité des marchés.

Pour Salvan Wimmer, professeur de finances à l’Université de Namur, la Bourse serait pourtant une solution logique pour Belfius. « Si Belfius veut se développer et veut de ce fait augmenter sa base de capitaux propres, ce qui est inéluctable aujourd’hui dans les exigences réglementaires, avec en outre sa propre rentabilité, l’introduction en Bourse lui offrira cette possibilité de croissance, et dès lors d’un accès à un financement plus large, l’État pouvant garder une part significative comme actionnaire de référence », analyse cet expert.

Certains verraient alors bien Bpost Banque dans le giron de Belfius, en vue de racheter Ethias
Or si Belfius a plus d’argent, plus de capitaux, plus de moyens financiers donc, ces derniers pourraient servir à racheter Ethias.

Les dirigeants de Belfius y sont favorables, mais du côté d’Ethias, c’est plus compliqué. Et comme d’un côté comme de l’autre, l’actionnariat est public, on ajoute des subtilités régionales communautaires, et donc politiques. Plusieurs experts estiment qu’Ethias peut rester seule, pour d’autres, elle doit impérativement s’adosser à plus grand.

Charles Van Wymersch, professeur à l’Université de Namur, estime, lui, que marier la banque et l’assurance n’est pas nécessairement indispensable. « Un certain nombre d’entreprises ont prouvé qu’elles pouvaient faire fonctionner avec succès un modèle de bancassurance. Ce n’est pas une panacée et, pour d’autres, je pense que le ‘stand alone’ banque et assurance est parfaitement justifié. On peut fonctionner avec succès dans chacun des trois modèles et la solution de fusion n’est pas une solution forcément optimale ».

Alors que vient faire la Banque de La Poste dans tout ça?

Bpost Banque (la Banque de la poste) a été créée en 1995, c’était dans une configuration à « 50/50 » par La Poste et la Générale de banque, donc aujourd’hui Bpost et BNP Paribas Fortis. Dire que ces deux actionnaires tiennent à cette banque comme à la prunelle de leurs yeux serait largement exagéré, on peut donc imaginer une cession et certains verraient alors bien Bpost Banque dans le giron de Belfius. Un dossier à suivre, assurément.

Source: RTBF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *