Home / EUROPE / Corruption: manifestations gAi??antes contre le gouvernement roumain

Corruption: manifestations gAi??antes contre le gouvernement roumain

Aux cris notamment de « voleurs », « honte Ai?? vous », « dAi??mission », les manifestants Ai??taient au moins 200.000
La Roumanie a connu mercredi soir des manifestations antigouvernementales d’une ampleur inAi??dite depuis la chute du communisme, mobilisant des dizaines de milliers de personnes contre un assouplissement de la lAi??gislation anticorruption, Ai??galement critiquAi??e Ai?? l’Ai??tranger.

Aux cris notamment de « voleurs », « honte Ai?? vous », « dAi??mission », les manifestants Ai??taient au moins 200.000 Ai?? travers le pays, dont la moitiAi?? Ai?? Bucarest, rassemblAi??s durant prA?s de cinq heures dans un froid glacial, face au siA?ge du gouvernement.

En l’absence de chiffres des autoritAi??s, plusieurs mAi??dias nationaux ont estimAi?? qu’il s’agissait des plus importantes manifestations depuis la rAi??volution roumaine de dAi??cembre 1989 et l’annAi??e de turbulences politiques qui avait suivi.
Le nombre de manifestants a Ai??tAi?? Ai??valuAi?? jusqu’Ai?? 300.000 dans toute la Roumanie. Les grandes villes de Cluj, Sibiu ou Timisoara se sont Ai??galement mobilisAi??es, tout comme des localitAi??s de taille plus modeste.

« Il Ai??tait temps que les gens se rAi??veillent et cessent d’accepter autant d’abus », a confiAi?? Ai?? l’AFP Daniela Crangus, une informaticienne de 31 ans, dans la manifestation de Bucarest.

Dans la capitale, le rassemblement s’est achevAi?? par des incidents. Les forces de l’ordre ont essuyAi?? des jets de pAi??tards, de pierres, de bouteilles de la part de groupes isolAi??s et ont rAi??pliquAi?? par des tirs de gaz lacrymogA?ne. Deux gendarmes et deux manifestants, lAi??gA?rement blessAi??s, ont Ai??tAi?? transportAi??s Ai?? l’hA?pital.

L’adoption surprise, mardi soir, d’un dAi??cret d’urgence qui pourrait mettre les hommes politiques Ai?? l’abri de certaines poursuites avait dAi??jAi?? fait descendre en pleine nuit des milliers de Roumains dans la rue, Ai?? peine un mois aprA?s l’entrAi??e en fonction du gouvernement de Sorin Grindeanu.

« Je suis indignAi??e. Le PSD (Parti social-dAi??mocrate, ndlr) a gagnAi?? les Ai??lections, mais Ai??a ne veut pas dire qu’il peut modifier le code pAi??nal de nuit, en cachette », avait dAi??clarAi?? Ai?? l’AFP Gabriela State, 46 ans, lors d’un autre rassemblement spontanAi?? dans la matinAi??e.
Le PSD affronte une nouvelle crise politique aprA?s avoir dAi?? quitter le pouvoir fin 2015 sous la pression de la rue Ai?? la suite d’un dramatique incendie dans une boAi??te de nuit de Bucarest.

L’exAi??cutif dit vouloir dAi??sengorger les prisons et mettre en conformitAi?? le code pAi??nal dont une soixantaine d’articles ont Ai??tAi?? invalidAi??s par la Cour constitutionnelle.

Pour Bianca, une autre manifestante, c’est « un retour en arriA?re » dans la lutte anticorruption.

DAi??marche inAi??dite, les ambassades des Etats-Unis, du Canada, d’Allemagne, de France, des Pays-Bas et de Belgique ont exprimAi??, dans une dAi??claration commune, leur « profonde inquiAi??tude » devant ce dAi??cret qui « sape » les progrA?s rAi??alisAi??s par le pays dans la lutte contre la corruption.

La Commission europAi??enne a exprimAi?? sa « grande prAi??occupation ». Le Premier ministre lui a rAi??pondu mercredi en assurant, dans un courrier, que « la lutte contre la corruption est l’une des prioritAi??s du gouvernement », rAi??affirmant son « engagement » en la matiA?re.
Il a appelAi?? Ai?? une apprAi??ciation « Ai??quilibrAi??e » de son action, au-delAi?? « des rAi??actions de l’opinion publique et dans les mAi??dias ».

Dans ce pays pauvre de l’UE qui compte 20 millions d’habitants, le parquet anticorruption a obtenu ces derniA?res annAi??es la condamnation de nombreux Ai??lus et hommes d’affaires, lanAi??ant des investigations tous azimuts et s’attirant aussi des critiques sur son pouvoir supposAi?? excessif.

Les rangs du PSD, au centre de la vie politique depuis la fin du communisme, ont Ai??tAi?? particuliA?rement touchAi??s par ces enquA?tes.

Aux lAi??gislatives de dAi??cembre, ce parti, qui compte une solide base Ai??lectorale dans les campagnes, a cependant signAi?? un retour en force au parlement et dAi??marrAi?? une cohabitation tendue avec le prAi??sident de centre droit Klaus Iohannis. Ce dernier a qualifiAi?? le dAi??cret de « jour de deuil pour l’Etat de droit ».

Le texte dAi??pAi??nalise plusieurs infractions et rend l’abus de pouvoir, un chef d’inculpation frAi??quent, passible de peines de prison uniquement s’il provoque un prAi??judice supAi??rieur Ai?? 44.000 euros.

Il devrait notamment permettre au chef du PSD Liviu Dragnea d’Ai??chapper au principal chef d’accusation le visant dans un procA?s d’emplois fictifs qui s’est ouvert mardi. M. Dragnea convoitait le poste de Premier ministre mais a dAi?? renoncer en raison d’une condamnation pour fraude Ai??lectorale.

Le gouvernement a par ailleurs soumis au parlement un projet de grA?ce visant environ 2.500 dAi??tenus purgeant des peines allant jusqu’Ai?? cinq ans de prison, qui pourrait aussi bAi??nAi??ficier Ai?? des hommes politiques condamnAi??s.

Source: AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *