Home / MONDE / Piratage russe de la présidentielle : Obama envisage une riposte contre la Russie

Piratage russe de la présidentielle : Obama envisage une riposte contre la Russie

Le président Barack Obama a annoncé que les États-Unis prendront des mesures à l’encontre de la Russie, accusée d’avoir supervisé des cyberattaques destinées à influencer le résultat de l’élection présidentielle de novembre.

La Maison Blanche a mis en cause jeudi 15 décembre Vladimir Poutine dans les piratages informatiques ayant perturbé l’élection présidentielle. Le président Obama a lui-même annoncé des représailles. De quoi faire monter encore la tension avec Moscou à quelques semaines de l’arrivée de Donald Trump au pouvoir.

« Je pense qu’il ne fait aucun doute que lorsqu’un quelconque gouvernement étranger essaye d’influencer l’intégrité de nos élections (…), nous devons prendre des mesures et c’est ce que nous ferons », a déclaré Barack Obama à la Radio publique nationale (NPR).

« (Les mesures) seront mises en œuvre en temps voulu et de la manière que nous aurons choisie. Certaines pourront être explicites et visibles, d’autres peut-être pas. (…) Monsieur Poutine est tout à fait informé de ce que je pense de cela parce que j’en ai parlé directement avec lui, peu de temps après. »

La chaîne NBC rapportait plus tôt que plusieurs dirigeants du renseignement américain croyaient « avec un degré élevé de certitude » que Vladimir Poutine s’est personnellement impliqué dans la campagne de cyberattaques menées contre les États-Unis.

Trump reste sur sa position

De son côté Donald Trump a de nouveau insinué jeudi que la Maison Blanche avait des intentions partisanes en accusant la Russie de Poutine d’être à l’origine des piratages informatiques contre sa rivale démocrate.

« Si la Russie, ou toute autre entité, faisait du piratage, pourquoi la Maison Blanche a-t-elle attendu si longtemps pour agir ? Pourquoi ne se sont-ils plaints qu’après la défaite d’Hillary ? », a-t-il écrit sur Twitter.
Le futur président des États-Unis Donald Trump apparaît de plus en plus isolé dans son insistance à épargner Vladimir Poutine, un homme dont il a souvent loué les qualités de leader et avec qui il croit possible de réchauffer les relations. Il va ainsi à l’encontre de son propre parti, la fibre anti-russe chez les conservateurs américains étant plus vivace que jamais.

Les républicains du Congrès vont d’ailleurs lancer plusieurs enquêtes parlementaires sur le rôle de la Russie dans la campagne américaine. Pour l’ancien patron de la CIA Michael Hayden, Donald Trump est « la seule personnalité américaine à ne pas encore avoir concédé que les Russes ont lancé une grande campagne clandestine d’influence contre les États-Unis ».

Avec AFP et Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *