Home / MONDE / L’Ai??gypte du prAi??sident Sissi bascule dans le camp pro-Assad

L’Ai??gypte du prAi??sident Sissi bascule dans le camp pro-Assad

sissi-poutine-syrie

DAi??fiant ses partenaires arabes, surtout lai??i??Arabie saoudite, le prAi??sident Ai??gyptien Abdel Fattah al-Sissi a rAi??cemment officialisAi?? son soutien au rAi??gime de Bachar al-Assad et placAi?? son pays dans le giron russe.

AprA?s avoir confortAi?? son pouvoir Ai?? lai??i??intAi??rieur du pays et nouAi?? une solide entente avec la Russie de Vladimir Poutine, lai??i??Ai??gypte du prAi??sident Abdel Fattah al-Sissi sai??i??emploie Ai?? reprendre sa place sur lai??i??Ai??chiquier rAi??gional. Quitte Ai?? revoir ses calculs diplomatiques et Ai?? se dAi??solidariser de ses partenaires sunnites sur la question de la crise syrienne, au nom de la guerre contre le terrorisme islamiste.

Abdel Fattah al-Sissi dAi??fie ainsi les monarchies du Golfe, obnubilAi??es par leur rivalitAi?? politico-religieuse avec lai??i??Iran chiite, source de dAi??stabilisation du Moyen-Orient depuis plusieurs annAi??es, au YAi??men, en Irak, et en Syrie.

Des conseillers militaires Ai??gyptiens en Syrie ?

Fin novembre, le prAi??sident Ai??gyptien a en effet affichAi?? son soutien total Ai?? l’armAi??e de son homologue syrien Bachar al-Assad, dAi??jAi?? parrainAi?? par Moscou et TAi??hAi??ran, contre les groupes rebelles, soutenus par Riyad et ses alliAi??s du Golfe. « Notre prioritAi?? est de soutenir les armAi??es nationales, par exemple en Libye pour renforcer le contrA?le de l’armAi??e sur le territoire et traiter les Ai??lAi??ments extrAi??mistes. MA?me chose en Syrie et en Irak », avait-il dAi??clarAi?? lors dai??i??un entretien diffusAi?? par la tAi??lAi??vision publique portugaise RTP.

Pour que le message soit encore plus clair, il avait adoptAi?? la rhAi??torique du Kremlin en affirmant que la position de son pays Ai??tait « de respecter la volontAi?? du peuple syrien, et qu’une solution politique Ai?? la crise syrienne [Ai??tait] la meilleure faAi??on de procAi??der ».

En outre, depuis quelques semaines, notamment Ai?? la suite de la visite au Caire du responsable des services de sAi??curitAi?? syriens, le gAi??nAi??ral Ali Mamlouk, les informations faisant Ai??tat de la prAi??sence de « conseillers militaires Ai??gyptiens » aux cA?tAi??s des forces de Damas se sont multipliAi??es dans des mAi??dias arabes. Mercredi 7 dAi??cembre, Al-Akhbar, un journal libanais proche du Hezbollah pro-iranien, a rAi??vAi??lAi?? quai??i??un certain nombre dai??i??experts militaires et sAi??curitaires Ai??gyptiens Ai??taient prAi??sents en Syrie dans le cadre dai??i??une coopAi??ration entre les deux pays visant « Ai?? combattre la menace terroriste ». Le quotidien affirme que leur nombre sai??i??Ai??lA?vera Ai?? 200 dai??i??ici fin 2016.
Se libAi??rer de lai??i??emprise financiA?re de Riyad

Ces dAi??veloppements interviennent dans un contexte de tensions dAi??jAi?? trA?s vives entre Ai??gyptiens et Saoudiens, depuis le soutien du Caire, en octobre, dai??i??une rAi??solution russe sur la Syrie Ai?? lai??i??ONU. Un Ai??pisode qui a sensiblement dAi??tAi??riorAi?? les relations privilAi??giAi??es entre les deux puissances rAi??gionales, puisquai??i??en rAi??ponse, le royaume wahhabite a suspendu la livraison de produits pAi??troliers au Caire.

Le pouvoir Ai??gyptien, sous perfusion financiA?re saoudienne depuis la reprise en main du pays en 2013 par les militaires, aux dAi??pens des FrA?res musulmans et du prAi??sident Mohamed Morsi, cherche depuis Ai?? se libAi??rer de cette emprise Ai??conomique en se rapprochant des Russes.

Et ce, au moment oA? Moscou cherche, de son cA?tAi??, Ai?? Ai??tendre son influence au Moyen-Orient, en profitant des rapports de plus en plus distants entre les puissances de la rAi??gion et les Occidentaux. La Russie avait Ai??tAi?? la premiA?re Ai?? manifester son soutien au nouveau pouvoir issu de l’armAi??e en 2013, tandis que lai??i??alliAi?? amAi??ricain historique prenait ses distances avec les militaires Ai??gyptiens et que lai??i??administration Obama se dAi??tournait de plus en plus de la rAi??gion.

En attente de retombAi??es Ai??conomiques, ce rapprochement sai??i??est concrAi??tisAi?? dai??i??un point de vue militaire par des exercices conjoints entre les deux armAi??es et des livraisons de matAi??riel militaire au Caire. Un appui vital pour le pouvoir Ai??gyptien, qui doit faire face Ai?? la fois Ai?? la menace insurrectionnelle jihadiste dans le SinaA? et Ai?? lai??i??instabilitAi?? chronique de son voisin libyen.

AprA?s Poutine, Trump

Pragmatique, le prAi??sident Sissi compte Ai??galement profiter des consAi??quences sur la conjoncture internationale de la prAi??sidentielle amAi??ricaine, qui a propulsAi?? le « poutinophile » Donald Trump Ai?? la Maison Blanche, lui aussi partisan de la mA?me ligne dure Ai?? lai??i??Ai??gard des mouvements radicaux.

Et le raA?s Ai??gyptien a toutes les raisons dai??i??espAi??rer tirer des bAi??nAi??fices du changement dai??i??administration Ai?? Washington – qui interviendra en janvier 2017 -, ayant eu le rare privilA?ge de sai??i??A?tre entretenu, le 19 septembre Ai?? New York, avec le prAi??sident Ai??lu, alors que ce dernier nai??i??Ai??tait encore quai??i??un simple candidat.

Dans un communiquAi?? publiAi?? Ai?? la suite de cette entrevue par le service de presse du milliardaire amAi??ricain, le prAi??sident Ai??gyptien avait Ai??tAi?? citAi?? « en exemple de ce que doit A?tre un alliAi?? exemplaire » dans le cadre de la lutte contre « le terrorisme et lai??i??islamisme radical ». Donald Trump avait assurAi?? que sai??i??il venait Ai?? A?tre Ai??lu Ai?? la prAi??sidence, « les Ai??tats-Unis d’AmAi??rique [seraient] un ami fidA?le mais aussi un alliAi??, sur lequel l’Ai??gypte pourra compter, les jours et les annAi??es Ai?? venir ».

Il lui avait mA?me promis de se rendre en Ai??gypte en visite officielle et de lai??i??inviter en retour Ai?? Washington. De quoi ouvrir de nouvelles perspectives pour le pouvoir de lai??i??ancien marAi??chal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *