Home / ÉCONOMIE / Supprimer un compte Facebook après la mort d’un proche: un parcours du combattant pour Marie

Supprimer un compte Facebook après la mort d’un proche: un parcours du combattant pour Marie

telechargement

Vous avez certainement déjà perdu l’une de vos relations Facebook. Se pose alors la question : que va devenir son compte, qui pendant quelques semaines/mois/années, va rester actif, comme si elle vivait encore. Un sujet très sensible illustré par le témoignage de Marie, habitante du Brabant wallon.

Année après année, notre vie digitale, c’est-à-dire notre présence sur internet (principalement les réseaux sociaux) et les traces qu’on y laisse, prend de l’ampleur.

Un compte Facebook, pour ceux qui l’utilisent activement, représente désormais bien d’avantage qu’un site web avec quelques informations personnelles. C’est devenu un album photo/vidéo, complété d’une biographie et d’un journal intime. Certains s’en servent même pour jouer, pour acheter et vendre, etc…

C’est pour cela qu’il convient de le protéger le mieux possible: en réglant correctement les paramètres de confidentialité, en n’acceptant que les personnes qu’on connait, en réfléchissant avant de publier quoi que ce soit, et surtout en changeant régulièrement de mot de passe.

C’est pour cela aussi que lorsqu’une personne décède, se pose cette question délicate: que va-t-on faire de son compte Facebook ? Marie est actuellement confrontée à ce problème. Elle voudrait supprimer le profil Facebook d’une proche décédée, mais se heurte à un problème administratif avec le réseau social américain: « On discute sur les preuves de nos liens de parenté avec cette personne, or on a fourni le certificat de décès », s’est-elle exclamée après avoir contacté la rédaction de RTL info via le bouton orange Alertez-nous.

La grand-mère de son compagnon

Tout a commencé au mois d’octobre dernier. Le compagnon de Marie a perdu sa grand-mère d’une septantaine d’années. « Ce n’était pas sa grand-mère de sang, mais son grand-père s’est remarié assez jeune ». La défunte était donc considérée comme grand-mère depuis de longues années, même si « elle n’a plus de famille, au niveau des liens du sang ».

Avec la famille restante (soit Marie, son compagnon et les parents de son compagnon), ce qui représente au final « assez peu de personnes, on était quatre », il est convenu que le compte Facebook de la grand-mère par alliance doit être supprimé.

« Comme je me débrouille bien en informatique et sur Facebook, j’ai proposé de m’en charger », nous explique Marie, soulageant ainsi les proches d’une tâche ingrate (« ils ont bien d’autres choses à faire »).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *