Home / CULTURE / Le CCM refuse à Hicham Lasri une partie de la subvention accordée pour son prochain film

Le CCM refuse à Hicham Lasri une partie de la subvention accordée pour son prochain film

2016-11-15_103707

Selon le réalisateur, aucune « raison valable » n’a été donnée pour justifier ce refus.

La dernière production de Hicham Lasri, Headbang Lullaby, n’a toujours pas reçu la quatrième tranche de la subvention allouée par le Centre cinématographique marocain. En 2013, la commission d’aide à la production des œuvres cinématographiques a accordé un montant de 4 100 000 dirhams pour la réalisation ce film, qui avait pour titre provisoire Les nains. Une somme répartie en quatre tranches. La première est allouée durant la période de préparation du film, la deuxième et la troisième durant son tournage, et enfin la quatrième, après le visionnage du film.

Cette dernière tranche est estimée à plus d’un million de dirhams. « Je devais recevoir cette tranche en juillet, sauf qu’à ce moment là, j’ai reçu une lettre vague provenant de la commission où celle-ci exprime son refus de m’accorder cette tranche sans aucune raison valable ». Dans le courrier adressé au réalisateur, la commission affirme qu’il « n’y a pas de ressemblance entre le projet qui nous a été présenté […] et le produit final, surtout en matière de qualité de production ».

Lasri, qui en est à son cinquième long-métrage a déposé, par le biais de la société de production PAN Production, un recours auprès du directeur du Centre cinématographique marocain Sarim Fassi-Fihri au mois de septembre, mais il n’a toujours pas reçu de réponse. Le cinéaste s’interroge sur les raisons de ce refus. « Peut-être que la dernière version du film ne correspond pas tout à fait au scénario initial pour lequel la commission m’a accordé la subvention. Ce qui est normal dans la mesure où le film peut changer au montage et des scènes peuvent être coupées pour des questions de rythme ».

Les événements de Headbalng Lullaby, coproduit par le Centre national de la cinématographie (CNC) français et le Doha Film Institute, se déroulent en 1986. Un policier surveille un pont entre deux villages. Un pont par lequel doit passer le roi Hassan II, ce qui attire les habitants des deux villages qui souhaitent obtenir des agréments ou autres faveurs du monarque. Devant une foule désordonnée, l’agent d’autorité doit user de violence pour calmer les habitants. Le long-métrage a été sélectionné pour le Festival de Berlin, qui se tiendra du 9 au 18 février 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *