Home / ACTUALITE / STIB: Deux agents écartés pour racket

STIB: Deux agents écartés pour racket

582447b9cd70fb896a67c1f9

Des employés de la Stib laissaient filer des fraudeurs, en échange d’argent liquide.
Soupçonnés d’avoir perçu illégalement de l’argent venant des usagers, deux agents de la Stib ont été convoqués mercredi après-midi par leur hiérarchie. Durant les auditions qui ont duré plusieurs heures, ils sont passés aux aveux. Les deux agents ont admis avoir demandé à des fraudeurs de les payer directement en liquide. En échange, ces derniers évitaient le procès-verbal.

Les deux hommes , qui travaillaient depuis environ 5 ans au service intervention depuis le dépôt de Haren, prenaient principalement pour cible des personnes fragilisées telles que des sans-papiers. Au lieu de dresser une amende de 107€ en cas de fraude, ils réclamaient un montant de 50€ pour laisser la personne quitter la station. Selon nos informations, c’est un agent multimodal qui a permis de faire éclater au grand jour leur combine. Ce dernier a alerté un responsable des dispatchings après avoir surpris les agents de l’intervention en train de racketter des usagers.

La suite de l’histoire est un peu moins claire pour l’instant. Selon certaines sources, le dispatcheur aurait envoyé sur le terrain une sorte d’appât qui aurait permis de prendre en flagrant délit les deux agents. Selon d’autres sources, les suspects auraient simplement été coincés par des caméras de surveillance alors qu’ils s’adonnaient à leur petit manège dans la station de métro Veeweyde, le 7 novembre dernier.

En outre, des tensions syndicales surviennent en arrière-plan de ces magouilles. En effet, les deux agents suspectés de racket sont membres de la CSC et de la CGSLB tandis que le dispatcheur qui les a dénoncés – après avoir mené sa propre enquête sans en informer sa hiérarchie – est affilié à la CGSP. Alors que les Rouges réclamaient des licenciements pour faute grave, les syndicats chrétien et libéral ont tenté d’atténuer la sanction.

« Il est évident qu’ils ne font plus partie du personnel de la Stib et qu’ils ne recevront pas d’indemnités. Ce sont des faits très graves et nous allons engager des poursuites judiciaires à l’encontre de ces deux agents », a indiqué hier soir une porte-parole de la Stib.

Visiblement mal à l’aise, la société des transports bruxellois refuse de préciser les modalités de leur départ. Selon nos informations, les deux agents ont pu donner leur démission plutôt que d’être licencié pour faute grave.

Almouwatin: Belga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *