Home / MAROC / Maroc : nouvelles manifestations après la mort d’un vendeur de poissons

Maroc : nouvelles manifestations après la mort d’un vendeur de poissons

affairefikri_727732794

Alors que le gouvernement marocain a promis d’élucider les circonstances de la mort atroce d’un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures, vendredi soir à Al-Hoceima, les manifestations se poursuivent à travers le royaume.

Pour la quatrième journée consécutive, quelques milliers de Marocains ont de nouveau manifesté, lundi 31 octobre, à Al-Hoceima, dans le nord du royaume, pour dénoncer la mort de Mouhcine Fikri. Ce poissonnier a été broyé dans la benne d’un camion à ordures, alors qu’il tentait de récupérer sa marchandise saisie par des agents de la ville.

Toujours avec un fort accent identitaire amazigh et revendiquant l’héritage rebelle de la région, les manifestants ont, comme la veille, rendu hommage au « martyr Mouhcine », crié leur rejet de la « hogra » (l’arbitraire) et exigé que les « assassins » soient punis.

« Chasser les corrompus »

« Les manifestations se poursuivront jusqu’à ce que tous les responsables de ce crime soient punis », a déclaré à l’agence Reuters Al-Houssine Lmrabet, l’un des organisateurs du mouvement. « Nous voulons aussi la garantie que cela ne se reproduise pas. Cela doit commencer en chassant les personnes corrompues de l’administration publique. »

Toutefois, la mobilisation était sans comparaison avec celle de la veille dans la région du Rif et quelques grandes villes. Dimanche, des milliers de personnes avaient participé dans le calme à son enterrement, avant de se rassembler dans la soirée dans le centre d’Al-Hoceima, cité côtière d’environ 55 000 habitants.

Des manifestations de moindre ampleur ont eu lieu dans plusieurs autres villes du Rif, mais aussi à Casablanca (ouest), Marrakech (centre-ouest), Settat (centre) Oujda (est) et Rabat, aux cris de « Nous sommes tous Mouhcine », et sur un ton plus politisé.

Ouverture d’une enquête « approfondie »

Sur le plan national, une enquête a été ouverte par le ministère de l’Intérieur dès le lendemain du drame. Dépêché par le roi Mohammed VI pour tenter de désamorcer la crise, le ministre de l’Intérieur, Mohammed Hassad, s’est rendu dimanche à Al-Hoceima pour exprimer « la compassion du souverain à la famille du défunt ».

Alors que son Premier ministre, Abedelilah Benkirane, est occupé à former le nouveau gouvernement, le roi s’est saisi directement du dossier et a donné des instructions « pour qu’une enquête minutieuse et approfondie soit diligentée ». « Sa Majesté ne veut pas que ce genre d’accidents se reproduise », a souligné le ministre Hassad, qui a réaffirmé dimanche soir à l’AFP sa volonté de tout mettre en œuvre pour « établir les circonstances exactes du drame et en punir les responsables. »

Le marchand de poissons avait refusé d’obtempérer à un barrage de police et avait ensuite été intercepté avec, dans sa voiture, « une quantité importante d’espadons, interdit à la pêche », selon le ministre. « Décision a été prise de détruire la marchandise illégale. Toutes les questions se posent après ça », a-t-il expliqué. Mais « personne n’avait le droit de le traiter ainsi », a déploré le ministre, promettant les conclusions de l’enquête d’ici « quelques jours ».

Avec AFP

14601111_1251556078249673_5189882632951678630_n

14581433_1251556044916343_5437886612716020696_n

14890348_1251200488285232_7475714043363550102_o

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *