Home / MONDE / Un Russe sur deux craint une Troisième Guerre mondiale

Un Russe sur deux craint une Troisième Guerre mondiale

Russian President Vladimir Putin looks on during a press conference with his Turkish counterpart on October 10, 2016 in Istanbul. Putin visits Turkey on October 10 for talks with counterpart Recep Tayyip Erdogan, pushing forward ambitious joint energy projects as the two sides try to overcome a crisis in ties. / AFP PHOTO / OZAN KOSE
Russian President Vladimir Putin looks on during a press conference with his Turkish counterpart on October 10, 2016 in Istanbul.
Putin visits Turkey on October 10 for talks with counterpart Recep Tayyip Erdogan, pushing forward ambitious joint energy projects as the two sides try to overcome a crisis in ties. / AFP PHOTO / OZAN KOSE

Près de la moitié des Russes craignent que les tensions entre la Russie et l’Occident autour du conflit syrien ne provoquent une Troisième Guerre mondiale, selon un sondage du centre indépendant Levada publié lundi.
Selon ce sondage réalisé la semaine dernière dans 48 régions, 48% des Russes ont déclaré redouter que « l’aggravation actuelle des tensions entre la Russie et l’Occident dégénère en une Troisième guerre mondiale ».

Soutien au régime mais…
En juillet, 29% seulement des personnes interrogées redoutaient un conflit global. Quelque 52% des Russes disent soutenir les frappes aériennes russes en Syrie, même si 32% estiment qu’elles ont affecté de manière négative l’image de la Russie sur la scène internationale. Seulement 26% des personnes interrogées ont exprimé un sentiment négatif concernant ces frappes aériennes.

Intervention russe en Syrie
La Russie fait intervenir son aviation depuis le 30 septembre 2015 sur le territoire syrien pour soutenir son allié, le président Bachar Al-Assad, affirmant ne frapper que des « cibles terroristes », notamment celles du groupe Etat islamique. Mais les Occidentaux accusent les Russes de frapper les opposants au régime syrien et des infrastructures civiles, notamment à Alep, ravagée par des bombardements.

Continuer les frappes?
Interrogés pour savoir si la Russie doit « continuer d’intervenir dans ce qui se passe en Syrie », 49% ont répondu « oui », contre 28% de « non ». Depuis son déclenchement en 2011, le conflit en Syrie a fait plus de 300.000 morts et provoqué le déplacement de plus de la moitié de la population.

Almouwatin: AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *