Home / ACTUALITE / Bruxelles demain: des tunnels fermés en 2025, un quart de la ville en piétonnier en 2040

Bruxelles demain: des tunnels fermés en 2025, un quart de la ville en piétonnier en 2040

57eb4992cd70f8c39270143f

C’est l’une des mesures comprises dans le Plan Régional de Développement Durable (PRDD) qui fait encore l’objet de négociations.
Le gouvernement bruxellois met actuellement la dernière main à son projet de Plan Régional de Développement Durable (PRDD). Ce plan doit servir de fil rouge en matière d’aménagement du territoire et doit permettre de répondre aux défis du boom démographique, du logement de l’emploi, de l’environnement et de la mobilité. La DH a pu mettre la main sur le volet consacré aux infrastructures. Si des modifications seront sans aucun doute encore opérées dans le cadre des négociations en cours au sein du gouvernement bruxellois (PS-Défi-CDH), la note permet malgré tout de saisir la vision à long terme du parti socialiste en matière de mobilité.

Petite ceinture
Le futur PRDD prévoit d’améliorer la qualité des espaces publics tout le long de la Petite Ceinture. Parmi les options à étudier, se trouve la couverture de la Petite Ceinture entre les tunnels Rogier et Botanique. Ce réaménagement permettrait de supprimer le boulevard St-Lazare et d’unifier le parc du Jardin Botanique qui bénéficierait dès lors en surface d’une liaison directe avec le Pentagone. Il est aussi préconisé de couvrir la Petite Ceinture entre Madou et Trône, ainsi qu’entre Porte de Namur et Hôtel des Monnaies afin de repenser complètement l’aménagement de surface de la Toison d’Or.

Louise
Aux yeux des socialistes, l’avenue Louise doit elle aussi se défaire des infrastructures qui l’isolent des quartiers afin de se transformer en un large boulevard urbain aéré et arboré. Dans cette optique, il est question d’envisager la suppression des tunnels Vleurgat et Bailli, qui serait accompagnée de la création de parkings en sous-sol. La mise en piétonnier totale ou partielle du Goulet Louise est également préconisée.

Moyenne ceinture
Le projet Parkway consistant à réduire le nombre de bandes de l’E40 à l’entrée de la Région est toujours à l’ordre du jour. Afin de poursuivre la transformation de l’E40 en boulevard urbain, le gouvernement souhaite améliorer ses connexions avec la Moyenne Ceinture. Dans ce cadre, la suppression des trémies reliant actuellement l’E40 et la Moyenne Ceinture pour ne préserver que le tunnel Roodebeek reliant le quartier Schuman sera étudiée.

Dans le prolongement du nouveau boulevard Reyers (de Meiser à Vergote), le gabarit de type autoroutier de la voirie sera aménagé et réduit au profit d’un aménagement de surface de qualité, bien relié aux quartiers qu’il traverse.

Tunnels
Dans cette logique de réaménagement du boulevard Reyers en voirie urbaine, le gouvernement envisage de supprimer la trémie George Henri, le tunnel Montgomery et le tunnel Boileau. En raison des coûts élevés d’entretien et de la capacité de circulation accrue de ces ouvrages d’art, l’exécutif entend procéder à une évaluation du caractère souhaitable ou non du maintien de chaque tunnel après 2025.

« Seuls les tunnels qui sont indispensables pour la fluidité du trafic ou pour une séparation du trafic motorisé des modes actifs et des lieux de résidence peuvent être maintenus. Les autres tunnels seront fermés ou transformés à partir de 2025, par exemple, en parkings souterrains, espaces de communauté, stockage… », peut-on notamment lire dans cette première mouture du PRDD.

Par contre, le gouvernement prévoit toujours bel et bien une rénovation du tunnel Léopold II. Celle-ci doit permettre la poursuite d’un réaménagement du réseau de surface en faveur des transports publics et d’espaces publics de qualité entre Yser et la Basilique de Koekelberg.

25 km2 de zones piétonnes d’ici 2025
Dans cette première mouture du Plan Régional de Développement Durable (PRDD), un point est consacré au développement de zones piétonnes, jugé essentiel. Le gouvernement veut étudier la création de minimum 25 km2 de zones piétonnes d’ici à 2025 et minimum 40 km2 à l’horizon 2040. Pour rappel, la superficie de la Région bruxelloise est de 161,4 km2. Si l’objectif de 2040 est atteint, cela signifiera donc qu’un quart de la Région se trouve en zone piétonne. « Ces projets seront menés en concertation avec les communes et ne pourront réduire leur accessibilité multimodale », assure-t-on dans le plan. La liste des projets à étudier est également fournie à titre indicatif : boulevards centraux (en cours), Goulet Louise, chaussée d’Ixelles, Bois de la Cambre, rue de Luxembourg, rue Stalingrad, boulevard Saint-Lazare, chaussée de Louvain, place Flagey, rue Gray, avenue Paul Deschanel, Parvis de Saint-Gilles/rue Jourdan, Pont de Cureghem, place Communale de Molenbeek, Sablon, rue de Brabant, chaussée de Gand, rue Wayez, place du Luxembourg, place Cardinal Mercier et place Jourdan.

Le PRDD fait rugir le MR
Le Plan Régional de Développement Durable fait réagir la principale formation de l’opposition au parlement bruxellois dans son volet consacré à l’option de la fermeture de certains tunnels après 2025.

« A l’issue de la Commission relative à l’état des tunnels routiers, les groupes politiques – à l’unanimité – avaient décidé de mener, au sein du parlement, un débat sur l’avenir des tunnels routiers en Région bruxelloise. Je constate que le gouvernement a décidé de mettre la démocratie de côté en optant d’ores et déjà pour la fermeture d’une série de tunnels routiers, sans ré-évaluation ni concertation. C’est la politique du couperet qui est proposée aux Bruxellois », a déploré mercredi matin le chef du groupe MR au parlement bruxellois, Vincent De Wolf.

Celui-ci s’est par ailleurs demandé « pour qui roule le ministre de la Mobilité Pascal Smet » (sp.a) qui utilise selon lui, les mêmes arguments que son homologue flamand pour défendre l’élargissement du Ring Nord et permettre une meilleure pénétration dans la capitale, tandis qu’au sud de la capitale, la fermeture des tunnels susmentionnés va engendrer de nombreuses difficultés pour les navetteurs venant de cette zone de la Région bruxelloise.

Pour M. De Wolf, la vision de la mobilité ici proposée « va accroitre encore davantage l’exode des classes moyennes de la Région bruxelloise ».

Almouwatin:Belga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *