Home / ACTUALITE / Six mois après les attentats de Bruxelles: comment une erreur de la police a retardé de trois jours l’arrestation de Salah Abdeslam

Six mois après les attentats de Bruxelles: comment une erreur de la police a retardé de trois jours l’arrestation de Salah Abdeslam

8403265

 

Il y a six mois, l’horreur djihadiste s’abattait sur Bruxelles, le cœur de l’Europe meurtri par deux explosions à la station de métro Maelbeek et dans l’enceinte de Brussels Airport. Dimanche, cela fait six mois jour pour jour que Salah Abdeslam a été arrêté. Trois jours auparavant, une équipe conjointe de policiers belges et français a été attaquée au 60 rue du Dries à Forest, une planque utilisée depuis des semaines par le soi-disant Amine Choukri, Mohamed Belkaïd et Salah Abdeslam.

Une série d’événements se sont alors enchaînés, tel un effet domino jusqu’à l’arrestation de l’ennemi public numéro un, Salah Abdeslam, le 18 mars dernier, puis quatre jours plus tard les attentats de Bruxelles. Nos éditions ont décidé de retracer le cours des événements jusqu’à ce fatidique 22 mars et de faire le point six mois après dans une série de reportages et d’interviews.

Dimanche, cela fait six mois jour pour jour que l’ennemi public numéro un, Salah Abdeslam a été interpellé rue des Quatre-Vents à Molenbeek-Saint-Jean, soit le 18 mars dernier. Un événement qui comme un effet domino a abouti aux attentats de Bruxelles.

Trois jours avant son interpellation, une équipe conjointe de policiers belges et français s’est rendue au numéro 60 rue du Dries situé dans la commune bruxelloise de Forest. Une fusillade avait éclaté entre les forces de l’ordre et les terroristes planqués à cette adresse, aboutissant à quatre policiers blessés et à la mort de Mohamed Belkaid, logisticien présumé des attentats de Paris. Deux hommes ont réussi à s’échapper durant la fusillade : Salah Abdeslam et le soi-disant Amine Choukri. Les policiers avaient obtenu une information sur cette adresse qui était en rapport avec l’entourage des personnes inculpées dans le dossier des attentats de Paris. Les enquêteurs croyaient alors le logement inhabité.

Selon une source bien informée, en arrivant au 60 rue du Dries, les policiers se seraient trompés d’appartement. Les trois terroristes, planqués à l’étage inférieur, auraient ainsi été avertis de leur présence. Salah Abdeslam et Amine Choukri auraient alors fait le choix de fuir, tandis que Mohamed Belkaid s’est emparé d’une kalachnikov et a tiré sur les policiers. Une nouvelle info à prendre avec des pincettes, que nous n’avons pu croiser auprès d’autres sources. Néanmoins les deux hommes sont parvenus à fuir par les toits, abandonnant dans leur sillage des chargeurs de kalachnikov et des habits noirs tandis que Mohamed Belkaid se faisait abattre par un sniper de la CGSU. Dans la planque de Forest, les enquêteurs ont retrouvé une kalachnikov, onze chargeurs, un livre sur le salafisme, un drapeau de l’État islamique et les empreintes digitales de Salah Abdeslam.

Almouwatin : La Meuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *