Home / ACTUALITE / L’Allemagne veut jouer un rôle de premier plan en matière de défense

L’Allemagne veut jouer un rôle de premier plan en matière de défense

d73ad791dd7ba2b6f7ee1141dacb35f72d8364f6

Almouwatin

La Bundeswehr va connaître une légère révolution avec sa première hausse d’effectifs
L’Allemagne qui pendant des décennies a été qualifié de « géant économique mais nain politique » entend définitivement faire oublier sa réputation en jouant à l’avenir un rôle accru en matière militaire dans le cadre de l’Otan et de l’UE.

Cette ambition, qui accentue une tendance amorcée il y a 20 ans, est inscrite dans la nouvelle feuille de route pour les années à venir de l’armée allemande et de la politique de sécurité nationale, qui sera présentée mercredi sous la forme d’un Livre Blanc par le ministère de la Défense. Le dernier en date remontait à 2006

« L’Allemagne est de plus en plus perçue comme un acteur central en Europe », souligne le document

« L’Allemagne a la responsabilité de contribuer à façonner l’ordre mondial de manière active », elle est prête à « assumer sa responsabilité et à prendre les choses en main » face aux défis « sécuritaires et humanitaires », ajoute-t-il

Le Livre Blanc ambitionne aussi à long terme une « union de la défense » des pays de l’Union européenne, tentative prudente de remettre sur le métier le projet de Communauté européenne de la Défense de 1954, abandonné suite à un refus de la France, au moment où l’Europe se cherche une nouvelle vision après le choc du Brexit

« L’Allemagne ambitionne à long terme une union commune européenne de sécurité et de défense », souligne le texte. Dans l’immédiat, il s’agit surtout d’utiliser toutes les possibilités de coopération militaire qu’autorisent les traités européens et de « renforcer l’industrie européenne de la Défense » via des rapprochements, avec la France notamment

Il ne va pas jusqu’à parler d’armée européenne. Mais l’ex-chancelier Gerhard Schröder flirte avec l’idée dans une tribune publiée par l’hebdomadaire Die Zeit. Il y propose que Paris et Berlin « regroupent leurs ressources » de manière « institutionnalisée » en matière de politique étrangère et de sécurité

Le document parachève la lente évolution d’un pays dont le passé militariste et nazi a conduit à ancrer un très fort pacifisme dans l’opinion. Ce n’est qu’en 1994 que les juges suprêmes allemands ont autorisé le pays à participer aux opérations multilatérales de maintien de la paix

L’Allemagne compte parmi les pays chargés de piloter les quatre bataillons de l’Otan appelés à être déployés par rotations à partir de 2017 en Europe de l’Est face à la menace russe.

La Bundeswehr va également connaître une légère révolution avec sa première hausse d’effectifs depuis la fin de la guerre froide et davantage d’investissements, alors qu’elle s’est plainte ces dernières années d’être mal et sous-équipée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *